KULTUR

UN HAMLET QUEER À LA VILLETTE ! Spectacle en allemand surtitré

Programmé pour la première fois en France, le metteur en scène et auteur suisse Boris Nikitin a choisi d’y présenter le texte le plus célébré de l’histoire du théâtre dans un spectacle qui mêle théâtre documentaire expérimental et cabaret queer. Le performeur et musicien électro Julian Meding endosse à la fois le rôle-titre tout en jouant son propre rôle, entre texte et chanson, ajoutant ainsi au trouble de cet Hamlet résolument contemporain qui s’insurge contre la vérité Accompagné d’un quatuor à cordes, Julian/Hamlet fera entendre, entre folie et réel, un autre Shakespeare. Un théâtre en forme de devinette qui se termine dans un bain de sang. Un théâtre dans le théâtre, un jeu dans le jeu, une ruse permanente mais surtout un Hamlet qui donne à voir une crise du réel. La performance Hamlet ne reprend pas l’histoire de la pièce de Shakespeare mais en extrait le personnage principal qui ne fait plus qu’un avec Julian Meding. Ce jeune performeur et musicien électro aux multiples facettes, qui se joue lui aussi des étiquettes, fait encore et toujours de son corps la matière première de son travail musical et performatif. Sa vie, il la conçoit comme un projet : avec son crâne et ses sourcils rasés et son attitude changeante – tantôt timide, introverti, tantôt queer, extroverti l’artiste s’attaque à toutes les catégories identitaires. La performance est présentée sous forme d’un monologue frontal.

Ceci permet une concentration de tous les thèmes dans un corps central, surface de projection multiple : Hamlet/ Meding. Cette frontalité est un élément essentiel, formel et de contenu : l’individu Hamlet/ Meding, qui se trouve en-dehors ou à l’interface d’une communauté, se représente devant cette communauté et s’interroge. Il s’expose lui-même au regard du public et parle aux spectateurs comme à ses observateurs. Il est Hamlet et iI se raconte : son enfance, ses parents, sa différence. Hamlet s’en prend à sa cour, lui se révolte contre le public, l’attaque, le provoque, flirte avec lui, le dénigre, tente de le désarçonner. La performance comme une forme de révolte esthétique et d’interrogation de soiLes chansons, composées par Julian Meding lui-même, constituent un élément central : ellesmarquent les moments où Hamlet/Meding fait de la scène le lieu de la représentation.

Le répertoire mélange chants libertaires crasses et kitsch agité, donnant au personnage Hamlet/Meding plus de complexité encore. Les chansons, qui ne sont jamais chantées en entier, sont même pour la plupart abandonnées en plein milieu, si bien qu’on ne s’installe jamais dans un rythme assimilable à celui d’un concert.

Über den Autor

Uwe Marcus Magnus Rykov

Redakteur P!-Magazine
Geschäftsführer PAgentur Paris / Agence de presse
Management / Marketing / Projektmanagement / Interviews / Project / Planning Pressearbeit / Moderator

error: Content is protected !!